Dénomination des rues

Le conseil municipal de la ville de Brest a procédé mardi 22 octobre 2013 au vote de la dénomination de rues du plateau des Capucins sur proposition des conseils consultatifs de quartiers et en concertation avec le service Patrimoines de la ville de Brest.

 

Passage des ARPÈTES

Plateau des Capucins - Passage haut : passage situé au niveau 1 des ateliers, devant la station du futur téléphérique1.
    
L’école des arpètes (ou école de formation technique) de l’arsenal formait les apprentis de la DCN aux métiers de la construction et réparation navale : chaudronniers, électriciens, mécaniciens, charpentiers, tôliers… Installée en 1946 sur la partie haute du Plateau des Capucins, cette école des apprentis de l’arsenal a vu passer quelque milliers de futurs spécialistes de la construction et de la réparation navale. Les femmes y ont été admises à partir de 1978.

Passage des YANNICKS et des TI ZEFS
Plateau des Capucins - Passage bas : passage situé au niveau 0 des ateliers, et aboutissant rue de Pontaniou
-           
Aujourd'hui, les Yannicks séjournent rive droite. Mais bien avant la guerre, les Yannicks étaient des habitants de Recouvrance.
Le surnom Ti Zef est donné aux habitants de la rive gauche à Brest et serait sans doute inspiré du petit zéphyr, un vent peu soutenu. Beaucoup de brestois étaient marins, et c’est sans doute pour cette raison qu’ils ont acquis ce surnom.
 
Belvédère Césaria ÉVORA
Plateau des Capucins - Belvédère : belvédère partant de la rampe des Capucins, contournant les ateliers et aboutissant rue de Pontaniou

Césaria Evora, issue d’un milieu très modeste, commence véritablement sa carrière de chanteuse en 1958 où elle se produit essentiellement dans les bals populaires. Elle enregistre ses premières chansons dans les années 1960, mais c’est avec l’album « Miss Perfumado » et la chanson Sodade sortis en 1992, qu’elle démarre une carrière internationale. De sa voix rauque et profonde, « La Diva aux pieds nus » a popularisé la morna : musique capverdienne, mélangeant le jazz et la musique latine. Elle a reçu plusieurs récompenses (victoires de la musique et légion d’honneur), participe à la préservation de l’environnement et lutte activement contre la faim et les inégalités dans le monde.

Place des MACHINES
Plateau des Capucins - Place intérieure : place située dans l’enceinte des ateliers
   
Les ateliers du plateau des Capucins regroupaient quatre activités principales : l’atelier de chaudronnerie, l’atelier de fonderie, l’atelier d’électricité et l’atelier des machines rassemblant des activités d’usinage et d’ajustage. Dans la nef « gros usinage des machines » ou la nef « des seigneurs », en référence aux savoir-faire du personnel, cinq importantes machines ont été conservées : un tour Somua, une raboteuse Berthiez, des aléseuses Asquith et Richards, ainsi que le marbre. Le marbre représente une fonction industrielle avec le traçage des pièces et une fonction symbolique car il reste l’emblème des rassemblements syndicaux.
      
Rue de PONTANIOU
Plateau des Capucins : prolongement de la rue de Pontaniou jusqu’à la rampe des Capucins
   
Esplanade de la FRATERNITÉ
Plateau des Capucins - Esplanade : esplanade située à l’extrémité du cours Aimé Césaire et donnant sur la rue du Carpon
      
Troisième élément de la devise de la République. Dans l’article 1er de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen, la fraternité est ainsi définie : « tous les êtres humains sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité ».

Cours Aimé CÉSAIRE
Plateau des Capucins - Cours : cours longeant la rue du Carpon et aboutissant à l’esplanade de la Fraternité
 
C’est au cours de ses études à Paris, qu’Aimé Césaire fonde en 1934 le journal « l’étudiant noir » dans lequel apparaîtra pour la première fois le terme de « négritude », en réaction à l’oppression culturelle du système colonial français. Alors que son engagement littéraire et culturel constitue le centre de sa vie, il est élu en 1945, maire de Fort-de-France puis député, mandats qu’il conservera respectivement pendant 56 et 48 ans. La politique culturelle d’Aimé Césaire est incarnée par sa volonté de mettre la culture à la portée du peuple, d’aller du singulier à l’universel. Parallèlement à son activité politique, il continue son œuvre littéraire et publie plus de 14 œuvres, recueils de poésies, pièces de théâtre et essais. Il reste un personnage incontournable de l’histoire martiniquaise, l’un des fondateurs de la « négritude » et un grand poète français du 20ème siècle.

Rampe des CAPUCINS
Plateau des Capucins - Rampe : rampe partant de la rue de Pontaniou et aboutissant porte de l’arrière garde.
 
Les « Capucins », haut lieu de l’histoire de Brest qui remonte à Richelieu, a pour première origine un monastère construit par des moines capucins. En 1791, les terrains et bâtiments sont cédés à la marine, qui les transforme en caserne pour apprentis canonniers, en 1801. Les ateliers métallurgiques du plateau, symbole du passage de la marine à voile à la marine à vapeur, sont érigés à partir de 1841. Ils deviennent progressivement le lieu de la fabrication, de l’assemblage et de la réparation des machines et des pièces équipant les vaisseaux de guerre, dans un souci permanent d’être à la pointe des dernières nouveautés techniques.

Place Léontine DRAPIER-CADEC
Plateau des Capucins - Place extérieure : place située entre la rue du Cap de Bonne-Espérance et le cours Aimé Césaire
     
Léontine Drapier-Cadec fait ses apprentissages à l’école primaire supérieure de Quimperlé, pépinière de futures institutrices, puis à l’Ecole normale de Quimper. Elle est affectée à Lopérec, Dirinon puis à l’école maternelle Vauban à Brest. Dans les années 50, elle est encouragée à écrire par le libraire et éditeur brestois Pierre Le Bris, pour évoquer ses souvenirs d’enfance et ses joies d’institutrice. Son premier ouvrage, « Kervez, ce paradis » lui vaut le prix des provinces françaises. Elle obtient également la distinction de chevalier des Arts et des Lettres. Elle a énormément œuvré pour la transmission par l’écriture et la lecture, pour l’école et la famille. Pendant la seconde guerre mondiale, elle a aussi joué un rôle important dans la défense passive et les abris de Recouvrance.

Rue du CAP HORN
Plateau des Capucins - Rue 1 : voie partant de la rue de Maissin et aboutissant rue du Cap Leeuwin

Le cap Horn est un cap situé à l’extrémité sud de l’archipel chilien de la Terre de Feu. Il sépare l’océan Pacifique de l’océan Atlantique et il est l’un des 3 grands caps. Pendant de nombreuses années, il a été un point de passage crucial des routes commerciales entre l’Europe et l’Asie. Elles étaient empruntées pour transporter les marchandises tout autour du globe. Ces dangers et l’extrême difficulté de son franchissement ont donné au cap Horn son caractère légendaire, par lequel passent de nombreuses courses à la voile.

Rue du CAP de BONNE-ESPÉRANCE
Plateau des Capucins - Rue 2 : voie partant de la rue de Maissin et aboutissant place Léontine Drapier-Cadec

Le cap de Bonne-Espérance est un promontoire rocheux sur la côte atlantique de l'Afrique du Sud, il est l’un  des 3 grands caps. A l'origine baptisé «cap des tempêtes» lors de sa découverte en 1488 par le navigateur portugais Bartolomeu Dias, il reçut le nom de « Bonne-Espérance », car il ouvrait enfin la route maritime des Indes et ses richesses. Contrairement aux idées reçues, ce n'est pas le point le plus au sud de l'Afrique ni le point de division entre les océans Atlantique et Indien ; cap mythique pour les marins et régatiers, il marque le point «psychologiquement» important où l'on commence à naviguer vers l'Est plutôt que vers le Sud.

Rue du CAP FINISTERRE
Plateau des Capucins - Rue 3 : voie partant du cours Aimé Césaire et aboutissant rue du Cap de Bonne-Espérance
 
Le cap Finisterre est un promontoire de granite d’une hauteur de 600 m, situé dans la province de La Corogne à l’ouest de la Galice en Espagne. C'est le point le plus occidental d’Espagne.

Rue du CAP LEEUWIN
Plateau des Capucins - Rue 4 : voie partant du cap de Bonne-Espérance et aboutissant rue du Cap Nord

Le cap Leeuwin se situe à l’extrême sud-ouest de l’Australie. Avec le cap de Bonne-Espérance et le cap Horn, il est l’un des 3 grands caps que franchissent les marins partis pour un tour du monde. C’est Matthew Flinders, navigateur et explorateur britannique, qui l’a baptisé ainsi en décembre 1801. Son nom vient du Leeuwin (Lionne), un galion hollandais qui a découvert et cartographié une partie de la côte sud-ouest de l’Australie en mars 1622. Un nom qui se prête bien à un morceau de terre situé tout près des Quarantièmes rugissants.

Rue du CAP NORD
Plateau des Capucins - Rue 5 : voie partant de la rampe des Capucins et aboutissant rue du cap de Bonne-Espérance

Le cap Nord est situé sur l'île Mager dans le nord de la Norvège. Il s'agit d'une falaise de 307 mètres de haut, dominant les océans Atlantique et Arctique. Il marque la limite entre la mer de Norvège, à l'ouest, et la mer de Barents, à l'est. Comme le reste de l'île, le paysage est composé de toundra, vierge d'arbres. Bien qu'il ne soit pas le point le plus septentrional d'Europe, il est souvent considéré à titre symbolique du fait du caractère majestueux de son environnement.